Dédication aux Caractères Sacrés du Fonds Baha'i 

Compilé par l’Assemblée Spirituelle Nationale d’Azerbaïdjan

 

Privilège Réservé pour Chaque Baha'i

Privilège Réservé par Bahá'u'lláh

à Ses Disciples Déclarés

Pensée à Réfléchir:

Le Développement Spirituel

Bien que Shoghi Effendi veuille presser chaque croyant de se sacrifier autant que possible en faveur de la contribution au fonds de l'Assemblée nationale, il aimerait cependant dissuader les amis de contracter des dettes pour ce faire. On nous demande de donner ce que nous avons et non ce que nous ne possédons pas, spécialement si cet emprunt entraînait des ennuis pour quelqu'un d'autre.

Shoghi Effendi

 

Donner et se montrer généreux font partie de mes attributs; heureux celui qui se pare de mes vertus.  (Paroles cachées de Bahá'u'lláh)

Bahá’u’lláh

… Dieu ne demande à aucune âme que selon sa capacité. Cette contribution doit venir de tous les croyants de Dieu des villes et des villages…. quiconque viendra avec une seule bonne action, Dieu lui rendra dix fois plus. Il n'y a aucun doute que le Seigneur aidera et confirmera l'âme généreuse. En bref, ô vous les amis de Dieu, soyez rassurés qu'à la place de cette contribution, votre commerce, votre agriculture et vos industries seront bénis à maintes reprises…..  (Traduction provisoire de l'anglais)

‘Abdu’l-Bahá

Une des caractéristiques distinctives de la cause de Dieu, c’est son principe de non-acceptation de contributions financières, pour ses propres fins, de la part de non-baha’is. Le soutien du Fonds baha’i est une bénédiction réservée par Bahá'u'lláh à ses disciples déclarés.  (Médiathèque baha'ie...)

La Maison Universelle de Justice

 

C'est aux croyants, et aux croyants seuls, que Bahá'u'lláh a accordé la bonté de contribuer les choses matérielles de ce monde pour le progrès de la Foi. Le montant de la contribution n'est pas important mais le degré de sacrifice en soi qu'elle implique-car c'est ça qui attire les confirmations de Dieu.    (Traduction provisoire de l'anglais)  

La Maison Universelle de Justice

 

en aucune circonstance, les croyants ne doivent accepter d'aide financière venant de non-Baha'is et qui serait utilisée en connexion avec les activités spécifiques administratives de la foi... parce que les institutions que les Baha'is érigent graduellement sont de la nature des dons que Bahá'u'lláh a fait au monde...   (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

 

Il y a un aspect profond dans la relation entre un croyant et le Fonds, qui est vrai sans considération de sa situation économique. Lorsqu’une âme humaine accepte  Bahá'u'lláh comme la Manifestation de Dieu pour cet âge, et entre dans l’Alliance divine, elle devra progressivement accorder sa vie entière en harmonie avec les projets divins. Elle devient un collaborateur dans la cause de Dieu et reçoit la bonté d’être autorisée à consacrer ses biens matériels, peu importe combien ils peuvent être maigres, au travail de la Foi. Donner au Fonds, par conséquent, constitue un privilège spirituel qui n’est pas ouvert à ceux qui n’ont pas accepté  Bahá'u'lláh, auquel aucun croyant ne peut se soustraire. C’est à la fois une responsabilité et une source de bonté.  (Médiathèque baha'ie...)

La Maison Universelle de Justice

 

La contribution apportée par votre amie qui a été quelque temps inactive dans la cause, sera un moyen de la stimuler à recommencer à servir. Il n'y a rien dans la foi qui amène le succès comme le service. Le service est l'aimant qui attire les confirmations divines. Ainsi, quand les gens sont actifs, ils sont bénis par le Saint-Esprit. Quand ils sont inactifs, le Saint-Esprit ne peut trouver un réceptacle en leur être et alors, ils sont privés de sa guérison et de ses rayons vitalisants.   (Médiathèque baha'ie….. Vivre la vie baha'ie)

Shoghi Effendi

 

Tout Baha'i, adulte ou enfant, peut effectuer des versements aux fonds de la cause. Il n'existe aucune réserve à ce sujet et, partout, les enfants Baha'is ont toujours donné à la cause.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

 

Tous les dons et contributions doivent être offerts au trésorier de l'assemblée dans le but essentiel de promouvoir les intérêts de la cause dans la localité ou le pays. (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

 

La Gravité de

la Responsabilité Spirituelle

 
 

Jeune!

Tu es Devenu Céleste

 

La Gravité de la Responsabilité Spirituelle

Chacun, quelque modestes que puissent être ses ressources, doit y participer.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

Contribuer au Fonds est un service que chaque croyant peut rendre, qu'il soit pauvre ou riche ; car il s'agit d'une responsabilité spirituelle dans laquelle le montant donné n'a pas d'importance. C'est le degré de sacrifice du donateur, l'amour avec lequel il fait son don, et l'unité de tous les amis dans ce service qui apporte les confirmations spirituelles.  (Médiathèque baha'ie…. Messages de la Maison Universelle de Justice)

La Maison Universelle de Justice

 

Tout Baha'i, quel que puisse être son degré de pauvreté, doit réaliser la gravité de la responsabilité qu'il doit assumer de ce fait, et doit être convaincu que son progrès spirituel comme croyant en l'ordre mondial de Baha'u'llah dépend pour une large part de la mesure où il prouve, par des actes, son empressement à soutenir matériellement les divines institutions de sa foi.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

 

Offrir des contributions dans ce but (aider les activités de l'assemblée spirituelle) est un des besoins les plus vitaux de la cause de Dieu. Cet acte est considéré comme hautement essentiel et est d'une importance fondamentale. Après le paiement du huquq, c'est l'obligation de chaque Baha'i.   (Médiathèque baha'ie…. Ḥuqúqu’lláh ou le droit de Dieu)

Shoghi Effendi

 

L’importance de la contribution réside dans la degré de sacrifice du donateur, l’esprit de dévotion dans lequel la contribution est faite et l’unité des amis dans ce service. Ces dernières qualités attirent les confirmations de Dieu et favorisent la dignité et le respect de soi des individus et de la communauté.  (Médiathèque baha'ie…. Messages de la Maison Universelle de Justice)

La Maison Universelle de Justice

 

Les amis doivent comprendre que, même si aucune Assemblée ou individu peuvent les forcer à donner pour la Foi, un tel don a été considéré, dans nos enseignements, comme une obligation spirituelle et un acte de sacrifice qui est étroitement liée à l'évolution spirituelle du croyant.  (Traduction provisoire de l'anglais)

La Maison Universelle de Justice

 

ll ne peut y avoir de limite aux contributions de chacun... Plus il sera donné, mieux cela vaudra, et spécialement quand ces donations nécessitent le sacrifice d'autres souhaits et désirs de la part du donateur. Plus le sacrifice est difficile, plus il sera méritoire aux yeux de Dieu. Car, en fin de compte, ce n'est pas tellement la valeur du don qui compte, mais plutôt la mesure des privations qu'il entraîne.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

Pensée à Réfléchir:

Le Développement Spirituel

L'acceptation de l'offrande dépend de l'esprit de joie, de fraternité et de satisfaction que manifesteront les âmes justes en suivant cette injonction. Son acceptation n'est acquise que si la personne agit de cette manière. En vérité, ton Seigneur se suffit à Lui-même, le Très-Glorieux.

Bahá’u’lláh

 

Si une personne offrait tous les trésors de la terre pour ensuite avilir l'honneur de la cause de Dieu, fut-ce d'une importance moindre qu'un grain de moutarde, un telle offrande ne serait pas permise. Le monde entier appartient et appartiendra toujours à Dieu.

Bahá’u’lláh

 

Si une personne désire faire un don avec le plus grand contentement, il est permis d'accepter son don, sinon, notre Seigneur miséricordieux est indépendant de toute l'humanité.

Bahá'u'lláh

En tout temps et en toutes circonstances, Dieu est resté entièrement indépendant de ses créatures.

The Báb

Responsabilité

directe et inévitable

Jeune,

Tu es Devenu Céleste

Loué soit Dieu, qu'a cette âge de la jeunesse tu es entré dans le royaume de Dieu ! Tu es illuminé. Tu es devenu céleste, divin et merveilleux... Par les grâces de Sa Sainteté, Bahá'u'lláh …je chéris l'espoir que tu vas progesser, de jour en jour, et de plus en plus dans le royaume de Dieu.   (Traduction provisoire de l'anglais)

‘Abdu’l-Bahá

 

C'est le printemps des actions bienveillantes, si vous êtes de ceux qui comprennent.  (Médiathèque baha'ie….. Ḥuqúqu’lláh ou le droit de Dieu)

Bahá’u’lláh

 

Les jeunes sont en effet ceux pour qui l'appel de la Cause doit être le plus fort, car elle contient en elle seule la promesse de leur sécurité future.   (Médiathèque baha'ie… Etre jeune baha'i )

Shoghi Effendi

 

Tout Baha'i, adulte ou enfant, peut effectuer des versements aux fonds de la cause. Il n'existe aucune réserve à ce sujet et, partout, les enfants Baha'is ont toujours donné à la cause.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

Shoghi Effendi

 

L’importance de la contribution réside dans le degré de sacrifice du donateur, l’esprit de dévotion dans lequel la contribution est faite et l’unité des amis dans ce service. Ces dernières qualités attirent les confirmations de Dieu et favorisent la dignité et le respect de soi des individus et de la communauté.  (Médiathèque baha'ie…. Messages de la Maison Universelle de Justice)

La Maison Universelle de Justice

Pensée à Réfléchir:

Le Développement Spirituel

C'est une bénédiction spirituelle de contribuer régulièrement au Fonds. C'est une expression d'amour. Tous les amis y compris les jeunes ont ce privilège unique de donner aux Fonds. Même les préjeunes et les enfants sont bénis par cette opportunité de contribuer dans le chemin de Dieu. Ils sont encouragés à utiliser ce privilège accordé par Dieu.

 

La Assemblée Spirituelle Nationale d'Azerbaïdjan

Responsabilité

Directe et Inévitable

Un corollaire de l'obligation sacrée des amis à contribuer aux Fonds de la Foi est la conséquence directe et inévitable de la responsabilité de chaque Assemblée nationale et locale à les éduquer dans les principes spirituels liés aux contributions bahá'íes. Manquer de sensibiliser les amis à cet aspect de la Foi équivaut à les priver de ces avantages spirituels qui  proviennent lorsque l'on donne dans le chemin de Dieu.  (Traduction provisoire de l'anglais)

La Maison Universelle de Justice

 

La Maison de Justice comprend la tâche difficile qu'est d'éduquer les Assemblées locales et les croyants sur l'importance de contribuer régulièrement et avec sacrifice au Fonds et elle est sûre qu'il vous arrive souvent de leur rappeler les principes de la participation universelle à ce sujet.  (Traduction provisoire de l'anglais)

La Maison Universelle de Justice

 

Le Gardien conseille à votre Assemblée de continuer à bien faire comprendre aux croyants la nécessité d'un soutien régulier au Fonds national, sans tenir compte s'il y a urgence ou non. Seul le flux continue des contributions au Fonds peut, en vérité, assurer la stabilité financière, de laquelle doit inévitablement dépendre aujourd'hui le progrès des institutions de la foi.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

-Shoghi Effendi

 

On doit assurément encourager et même exhorter les amis à lui fournir leur appui financier aussi bien qu'aux autres institutions nationales de la cause. Mais ils ne doivent en aucun cas être requis de le faire.  (Médiathèque baha'ie… Les fonds baha'is et la contribution au fonds)

-Shoghi Effendi

 

L'Assemblée nationale ne doit ni se sentir embarrassé ni avoir honte de se tourner vers les amis, en leur demandant, continuellement, de démontrer leur foi et leur dévotion en sacrifiant pour la Cause, attirant leur attention sur le fait qu'ils se développeront spirituellement par leurs actes de sacrifice en soi, que la crainte de la pauvreté ne doit pas les empêcher de se sacrifier pour le Fonds, et que l'assistance et la bénédiction de la Source de tout bien et de toutes les richesses sont sans failles et assurées.   (Traduction provisoire de l'anglais)

La Maison Universelle de Justice

 

Ces Assemblées ne doivent ni hésiter ni être timide pour parler du Fonds aux croyants. Les amis qui vivent dans les regions de l'enseignement en masse… sont des membres comme les autres dans la communauté bahá'íe ; ils doivent comprendre leurs bénédictions et leurs responsabilités… Le coeur de la vie de chaque vrai croyant est le service envers Dieu et à sa cause; et contribuer au Fonds est un aspect essentiel d'un tel service.   (Traduction provisoire de l'anglais)

La Maison Universelle de Justice

Pensée à Réfléchir:

Le Développement Spirituelle

Je ressens l'urgence de vous rappeler la nécessité d'être toujours attentif au principe primordial que toutes contributions au Fonds ont un caractère purement et strictement volontaire. Il faut rendre clair et évident pour chacun que toute forme de contrainte, même légère et indirecte, attaque à la racine le principe sous-jacent à la formation du Fonds dès son commencement. Tandis que des appels de caractère général, soigneusement rédigés, en un ton digne et persuasif sont indiqués en toutes circonstances, il faut laisser à l'entière discrétion de chaque croyant consciencieux de décider de la nature du montant et du but de sa contribution.

Shoghi Effendi

 

De telles réunions pour le rassemblement de fonds sont permises à la condition d'être organisées dans un véritable esprit de sacrifice. Il n'en est  pas lorsque l'assistance est portée à la frénésie et qu'une psychologie primaire est mise en action pour l'inciter à donner. Aucune contrainte ne peut être exercée sur les amis, et la pression psychologique tombe sous cette catégorie. Il existe une grande différence entre de tels rassemblements, souvent utilisés par les institutions religieuses, et un climat de prière vraiment paisible où une personne se lève de son propre mouvement pour accomplir un sacrifice... Toutes les activités de la cause doivent se dérouler dans la dignité.

Shoghi Effendi

Messages du
La Maison Universelle de Justice

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

 

7 août 1985

 

Aux Assemblées spirituelles nationales

 

Chers amis baha’is,

Cette lettre et le mémoire de commentaires en annexe sont adressés principalement à ces assemblées spirituelles nationales dont les communautés comprennent un grand nombre de gens matériellement pauvres, mais vu que les principes exprimés, aussi distincts de ceux des procédures suggérées, sont d’une application universelle, ils sont envoyés à toutes les assemblées nationales.

Il y a un aspect profond dans la relation entre un croyant et le Fonds, qui est vrai sans considération de sa situation économique. Lorsqu’une âme humaine accepte Bahá’u’lláh comme la Manifestation de Dieu pour cet âge, et entre dans l’Alliance divine, elle devra progressivement accorder sa vie entière en harmonie avec les projets divins. Elle devient un collaborateur dans la cause de Dieu et reçoit la bonté d’être autorisée à consacrer ses biens matériels, peu importe combien ils peuvent être maigres, au travail de la Foi.

 

Donner au Fonds, par conséquent, constitue un privilège spirituel qui n’est pas ouvert à ceux qui n’ont pas accepté Bahá’u’lláh, auquel aucun croyant ne peut se soustraire. C’est à la fois une responsabilité et une source de bonté. C’est un aspect de la Cause qui, nous le pensons, est une part essentielle de l’enseignement fondamental et de l’approfondissement des nouveaux croyants. L’importance de la contribution réside dans la degré de sacrifice du donateur, l’esprit de dévotion dans lequel la contribution est faite et l’unité des amis dans ce service. Ces dernières qualités attirent les confirmations de Dieu et favorisent la dignité et le respect de soi des individus et de la communauté.

Pour mettre de nouveau l’accent sur la signification spirituelle des contributions à la Foi par tous les membres de la communauté baha’ie, nous citons l’extrait suivant d’une lettre du Gardien à l’Assemblée spirituelle nationale des baha’is de l’Afrique Centrale et Orientale en date du 8 août 1957 :

 

Tous, peu importe combien sont modestes leurs ressources, doivent participer. Du degré de sacrifice de soi impliqué dans ces contributions individuelles dépendront directement l’efficacité et l’influence spirituelle qu’exerceront ces institutions administratives naissantes, appelées à l’existence par le pouvoir de Bahá’u’lláh et en vertu du plan conçu par le Centre de son alliance. Un effort énergique et soutenu doit par là être accompli par la base des adeptes déclarés de la Foi...

Nous vous assurons de nos prières au Seuil sacré pour votre gouverne et votre confirmation tandis que vous œuvrez pour développer cet aspect de la vie baha’ie dans vos communautés.

 

Avec ses chaleureuses salutations baha’ies,

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

 

18 décembre 1963

 

Aux baha'is d'Orient et d'Occident

 

Chers amis,

 

Avec le lancement du plan de neuf ans qui se rapproche rapidement, la Maison universelle de justice pense qu'il est temps de faire connaître aux baha'is de tous les pays, les besoins du Fonds à tous les niveaux : local, national, continental et international.

 

L'expansion continue de la Foi et la diversification des activités des communautés baha'ies, rendent de plus en plus nécessaire pour chaque croyant de réfléchir soigneusement à ses responsabilités et de contribuer autant et aussi régulièrement qu'il ou elle le peut. Contribuer au Fonds est un service que chaque croyant peut rendre, qu'il soit pauvre ou riche ; car il s'agit d'une responsabilité spirituelle dans laquelle le montant donné n'a pas d'importance. C'est le degré de sacrifice du donateur, l'amour avec lequel il fait son don, et l'unité de tous les amis dans ce service qui apporte les confirmations spirituelles. Le bien-aimé Gardien écrivait en août 1957 : "Tous, sans considération quant à la modestie de leurs ressources, se doivent de participer. Du degré de sacrifice personnel impliqué dans ces contributions individuelles, dépendront directement l'efficacité et l'influence spirituelle qu'exerceront ces institutions administratives naissantes, appelées à l'existence par le pouvoir de Bahá'u'lláh et par la vertu du plan conçu par le Centre de son Alliance".

 

Non seulement la responsabilité de contribution de l'individu est importante en ce moment, mais aussi les utilisations du fonds ainsi que les régions où il sera dépensé.

 

La majeure partie de la rapide expansion actuelle de la Foi a lieu dans des zones de grande pauvreté où les croyants, quelle que soit la somme de leurs sacrifices, ne peuvent générer les fonds suffisants pour soutenir ce travail. Ce sont ces régions mêmes qui sont les plus fructueuses en termes d'enseignement, et une somme d'argent dépensée ici produira dix fois - même cent fois - les résultats escomptés dans d'autres parties du monde. Cependant, durant ces derniers mois, la Maison universelle de justice a dû refuser un certain nombre d'appels à l'aide provenant de ces régions parce qu'il n'y avait tout simplement pas assez d'argent dans la caisse du Fonds international.

 

Par conséquent, le but de chaque communauté locale et nationale devrait être de se suffire à elle-même financièrement, mais aussi de dépenser son fonds avec une telle sagesse et une telle économie, qu'elle pourrait contribuer de manière substantielle au Fonds international baha'i, permettant ainsi à la Maison de justice d'aider le travail dans les zones appauvries mais fructueuses, d'assister les nouvelles assemblées nationales à démarrer leur travail, de contribuer aux grandes entreprises internationales du plan de neuf ans, telles que les conférences océaniques, et d'avancer l’œuvre d'embellissement des terrains entourant les Tombeaux sacrés au Centre mondial de la foi.

 

Les croyants, individuellement ou dans leurs Assemblées, ne devraient pas plus perdre de vue le Fonds continental, d'une importance vitale, qui soutient le travail des Mains de la cause de Dieu et de leurs corps auxiliaires. Cette divine institution, encouragée de manière si assidue par le Gardien, et qui a déjà joué un rôle unique dans l'histoire de la Foi, est destinée à rendre des services d'une importance croissante dans les années à venir.

 

Au sein d'une civilisation déchirée par les luttes et affaiblie par le matérialisme, le peuple de Bahá est en train de construire un nouveau monde. Nous faisons face en ce moment à des opportunités et des responsabilités d'une vaste ampleur et d'une grande urgence. Laissons chaque croyant, dans le plus profond de son cœur, se résoudre à ne pas être séduit par les illusions éphémères de la société qui l'entoure, ni être entraîné dans ses disputes et ses enthousiasmes fugaces, mais au contraire transférer tout ce qu'il peut du monde ancien vers le nouveau qui est la vision de ses désirs et qui sera le fruit de son labeur.

 

Avec ses affectueuses salutations,

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

THE UNIVERSAL HOUSE OF JUSTICE

20 April 1990

To all National Spiritual Assemblies

 

 

Dear Bahá’í Friends,

Twenty-five years ago, when the International Deputization Fund was established in the Holy Land by the Universal House of Justice and the friends were invited to contribute to it in support of pioneering and traveling teaching projects throughout the world, these illuminating words of Bahá’u’lláh were quoted:

Center your energies in the propagation of the Faith of God. Whoso is worthy of so high a calling, let him arise and promote it. Whoso is unable, it is his duty to appoint him who will, in his stead, proclaim this Revelation, whose power hath caused the foundations of the mightiest structures to quake, every mountain to be crushed into dust, and every soul to be dumbfounded.…

It is clear from this injunction of Bahá’u’lláh’s that the primary responsibility to promote the propagation of the Faith of God rests on the individual believer. It is, likewise, his responsibility, if he is unable to discharge this duty, to appoint one who will, in his stead, proclaim this Revelation.

Many of the friends have, ever since these words were revealed by Bahá’u’lláh, succeeded in responding to the call. A great number have not found it easy to select suitable and qualified deputies willing to undertake such a task for them.

We feel that the time has come, as the Bahá’í world is rapidly moving towards the end of the Six Year Plan, for National Spiritual Assemblies to take an active part in facilitating the selection and appointment of suitable pioneers and traveling teachers, by providing a link between those wishing to deputize, and those qualified and ready to be deputized. The manner in which this objective can be achieved is left to the discretion of each National Spiritual Assembly, which should consider the conditions of its national community, and determine, preferably in consultation with the Counselors or their representatives, the wisest and most effective course of action to follow. It is hoped that whatever procedures are adopted, they will assist the friends to fulfill their responsibilities, to the extent possible, in the manner prescribed by Bahá’u’lláh.

The way is, of course, always open for the friends to use the International Deputization Fund as the vehicle of their compliance with Bahá’u’lláh’s injunction. Thus, those who are unable, or find it difficult, to identify suitable candidates to be designated as their deputies are able to send their contributions to the International Deputization Fund on a regular basis in order to fulfill their sacred obligation for the promotion of the teaching work.

Responsibility for the administration of this Fund has been assigned to the International Teaching Centre and, in its turn, the Teaching Center makes specific allocations through the Continental Pioneer Committees, whose memberships have recently been renewed and made known to the friends. A few months ago short-term pioneer projects were announced and the concept of short-term pioneers has been received with great excitement by the friends everywhere. Whenever supplementary funds are needed to assist in the prosecution of these projects, or to finance long-term pioneering and traveling teaching projects, application could be made to the International Deputization Fund. National Spiritual Assemblies, therefore, could work out cost estimates of projects needing financial support, and submit their requests for budget assistance to the Continental Pioneer Committees.

The occasion demands that the followers of Bahá’u’lláh should wholeheartedly, with fresh enthusiasm and renewed dedication, step into this arena of service. It is our hope and prayer that through such universal participation in this mighty endeavor, those whose circumstances do not enable them at this time to fulfill the Beloved’s call, as clearly enunciated in His celebrated passage quoted above, will discharge their obligation by contributing to the International Deputization Fund, thus providing the means whereby others may propel the remaining stages of the Six Year Plan to a triumphant conclusion.

 

With loving Bahá’í greetings,

[signed: The Universal House of Justice]

THE UNIVERSAL HOUSE OF JUSTICE
DEPARTMENT OF THE SECRETARIAT

1 July 1993

[To an individual]

 

 

Dear Bahá’í Friend,

The Universal House of Justice was touched to receive your letter of 11 June 1993 which evinces such devotion to the Cause of God. It has asked us to send you the following reply.

The House of Justice has never gone to the extreme of telling the friends that now is the time to give their long-range savings to the Fund. It sets forth the needs of the Cause, and calls upon the believers to sacrifice, but the degree and manner of his sacrifice depends on each believer’s own faith and good judgment in light of his responsibilities. Again and again in His Writings Bahá’u’lláh emphasizes the need for moderation in all things, and He upholds the importance of using wisdom in all we do and say.

Devoted believers in every age have found it challenging to decide how much of their worldly wealth they should give to the Cause of God, and how much they should use to meet their many responsibilities of life, such as educating their children, preparing for their old age so that they will not be a burden on others, and so forth. You will recall the story of the Muslim who asked Muḥammad whether he should tie up his camel or trust in God that it would not run away. Muḥammad’s answer was that he should tie up the camel and trust in God! In this Dispensation, by the institution of Ḥuqúqu’lláh, Bahá’u’lláh has provided us with a measure. We are all obliged to pay that portion of our savings that is God’s Right. What remains thereafter is ours to use at our own discretion, for the promotion of the work of the Cause and for helping others less fortunate than ourselves.  In the Hidden Words Bahá’u’lláh revealed:

O My Servant! The best of men are they that earn a livelihood by their calling and spend upon themselves and upon their kindred for the love of God, the Lord of all worlds.

Furthermore, in the twelfth Glad-Tidings He stated:

The most despised of men in the sight of God are those who sit idly and beg. Hold ye fast unto the cord of material means, placing your whole trust in God, the Provider of all means. When anyone occupieth himself in a craft or trade, such occupation itself is regarded in the estimation of God as an act of worship; and this is naught but a token of His infinite and all-pervasive bounty.

Thus to earn a livelihood is a spiritual obligation, and one should not consciously place oneself in a position where one would have to beg others for material support.

It is against this background of responsibility for oneself and one’s family that each person must estimate the degree to which he or she can sacrifice for the Funds of the Faith. The range of options and decisions that the believers can make regarding the management of their personal finances without jeopardizing their future security are great, and can only be evaluated by each individual.

The House of Justice asks us to assure you of its prayers at the Sacred Threshold that you may be assisted with divine guidance and confirmations in all your devoted services on behalf of the Faith of Bahá’u’lláh.

 

With loving Bahá’í greetings,

Department of the Secretariat

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE 

 

19 novembre 1974

 

L’Assemblée spirituelle nationale des baha’is d’Italie

 

Chers amis baha’is,

 

Dans votre lettre du 11 septembre, vous dites que les questions sur la façon d’aider le tiers-monde ou bien les pauvres qui souffrent lors de calamités, font l’objet de nombreuses discussions dans votre communauté et vous souhaitez savoir s’il faut créer un fonds spécial pour ces besoins, demander des contributions particulières de temps à autre, ou bien s’il y a d’autres moyens où vous pourriez vous montrer utiles.

 

Il est compréhensible que les baha’is qui sont témoins des conditions misérables dans lesquelles tant d’êtres humains doivent vivre, ou qui entendent parler d’un désastre soudain qui a touché telle ou telle partie du monde, soient enclins à faire quelque chose d’utile pour améliorer ces conditions et aider leurs contemporains qui souffrent.

 

Il existe de nombreuses façons de prêter assistance. Chaque baha’i a le devoir d’acquérir des compétences pour un métier ou une profession, par lequel il gagnera ce avec quoi il pourra faire vivre et lui-même et sa famille. Dans le choix de cette carrière, il peut rechercher les activités qui profitent à ses semblables et pas simplement celles qui font la promotion de ses intérêts personnels, et encore moins celles dont les effets sont réellement nocifs.

 

Il est des situations dans lesquelles un baha’i ou une assemblée spirituelle est confronté à un besoin urgent que ni la justice ni la compassion ne peuvent permettre qu’on laisse à l’abandon et sans assistance. Nombreuses sont les histoires sur ‘Abdu’l-Bahá dans ces situations, où il avait enlevé même jusqu’au vêtement qu’il portait pour le donner à un homme transi dans ses haillons.

 

Mais dans notre souci envers ces appels au secours évidents et immédiats qui nous sont lancés, nous ne devons pas nous permettre d’oublier le poids continu, effroyable, de la souffrance sous lequel des millions d’êtres humains sont toujours en train de gémir - un poids qu’ils subissent depuis des siècles et que la mission de Bahá’u’lláh est de soulager enfin. La cause principale de cette souffrance, que l’on peut voir où que l’on se tourne, c’est la corruption de la morale humaine et les préjugés, la suspicion, la haine, la défiance, l’égoïsme et la tyrannie qui prévalent parmi les hommes. Les gens n’ont pas uniquement besoin du bien-être matériel. Ce dont ils ont besoin désespérément, c’est de savoir comment vivre leur vie. Ils ont besoin de savoir qui ils sont, dans quel but ils existent et comment ils devraient agir les uns envers les autres. Une fois qu’ils ont les réponses à ces questions, ils ont besoin d’être aidés pour appliquer progressivement ces réponses à leur comportement quotidien. C’est vers la solution à ce problème fondamental de l’humanité que la plus grande part de toute notre énergie et de nos ressources devraient être dirigées. Il existe de puissantes agences en ce monde, des gouvernements, des fondations, des institutions de toutes sortes avec d’énormes ressources financières qui œuvrent pour améliorer le sort matériel des êtres humains. Tout ce que nous, les baha’is, pourrions ajouter à ces ressources, sous la forme de contributions ou de fonds spéciaux, serait une goutte d’eau négligeable dans cet océan. Cependant, seuls parmi les hommes, nous avons reçu le remède divinement prescrit pour les maux véritables de l’humanité. Personne d’autre n’accomplit, ou ne peut accomplir, cette œuvre des plus importantes. Si nous détournons notre énergie et nos fonds vers des activités où d’autres font déjà bien plus que nous ne pourrions espérer faire, nous ne ferions que retarder la diffusion du divin message, laquelle est la tâche la plus capitale entre toutes. 

 

À cause de cette attitude, et aussi à cause de notre refus de s’impliquer dans la politique, on accuse souvent les baha’is, de se tenir au-dessus des « vrais problèmes » de leurs contemporains. Mais lorsque nous entendons cette accusation, n’oublions pas que ceux qui la profèrent sont d’ordinaire des matérialistes idéalistes pour qui le bien matériel est le seul « vrai » bien, alors que nous savons que le fonctionnement du monde matériel est simplement un reflet des conditions spirituelles. Jusqu’à ce que les conditions spirituelles puissent être changées, il ne peut y avoir de modification durable vers l’amélioration des affaires matérielles.

 

Nous devrions aussi nous rappeler que la plupart des gens n’ont pas une idée claire du type de monde qu’ils souhaiteraient construire, ni de la méthode à suivre pour le construire. Même ceux qui sont soucieux d’en améliorer les conditions, sont par conséquent réduits à combattre chaque mal apparent qui prend leur attention. La volonté de lutter contre les maux, qu’ils soient sous la forme de conditions ou incarnés par des hommes mauvais, est donc devenu pour la plupart des gens le critère par lequel ils jugent la valeur morale d’une personne. Les baha’is, d’autre part, connaissent le but vers lequel ils travaillent et ils savent ce qu’ils doivent faire, étape par étape, pour y parvenir. Toute leur énergie est dirigée vers la construction du bien, un bien qui a une telle force positive qu’en face de lui, la multitude des maux - qui sont par essence négatifs - s’évanouiront et disparaîtront. La lutte contre les moulins à vent que constitue la démolition un par un des maux du monde, c’est pour un baha’i, une vaine perte de temps et d’effort. Toute sa vie est concentrée à proclamer le message de Bahá’u’lláh, à raviver la vie spirituelle de ses semblables et à les unir dans un Ordre mondial divinement créé. Ensuite, alors que l’Ordre croît en force et en influence, il verra le pouvoir transformateur de ce message sur toute la société humaine, la résolution progressive des problèmes et la disparition des injustices qui ont si longtemps assailli le monde.

 

Avec ses chaleureuses salutations baha’ies,

LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE

This site is administered by the National Spiritual Assembly of the Bahá'ís of Azerbaijan.  The material presented here was first published in 2001 through 2006.  For questions regarding this site kindly 

contact us at:  AzerbaycanBahaiIcmasi@gmail.com

© All rights reserved