Dédication aux Caractères Sacrés du Fonds Baha'i 

Compilé par l’Assemblée Spirituelle Nationale d’Azerbaïdjan

Foire aux questions

 

 

1.  Comment puis-je contribuer au fonds bahá’í ?

 

Vous devriez consulter votre Assemblée spirituelle et remettre votre contribution directement au trésorier de l’Assemblée. Si dans certaines communautés le trésorier n'est pas disponible, les bahá’ís mettent leur contribution dans une enveloppe et l’envoient par courrier au trésorier. Dans d’autres communautés où il y a un grand nombre d’amis, l’Assemblée spirituelle peut décider de fournir une boîte pour le fonds, placée dans un lieu digne et respectueux sous la supervision du trésorier ou des assistants-trésoriers afin que les amis puissent contribuer avec confiance. La boîte pour le fonds bahá’í devrait avoir des instructions claires sur la nature des contributions bahá’íes. Les amis devraient faire leur contribution dans les enveloppes fournies par l’Assemblée spirituelle ; écrire leurs noms et le nom de la communauté où ils résident avant de la placer dans la boîte. Le trésorier de l’Assemblée spirituelle devrait être le seul à avoir la clé de cette boîte. Si vous êtes physiquement incapable d’apporter vos contributions régulières au trésorier, vous pouvez le contacter et demander à ce que quelqu’un prenne votre contribution de chez vous. Personne ne devrait être privé de ce privilège unique que Bahá’u’lláh a réservé à tous les croyants.

2.  Puis-je contribuer au fonds bahá’í si je n’ai pas accepté Bahá’u’lláh comme Manifestation de Dieu en ce jour et cet âge ?

 

Non ! La contribution au fonds bahá’í est un privilège réservé uniquement à ceux qui ont accepté Bahá’u’lláh comme Manifestation de Dieu pour cet âge. Vous êtes encouragé à lire le Texte sacré sur cette question ou le bulletin La Fontaine jaillissante # 8.

La relation spirituelle entre Bahá’u’lláh et ses croyants est basée sur une « Alliance divine » qui nécessite une connexion profonde, créée par l’adoration, l’obéissance, les prières obligatoires, assister à la Fête, l’humilité, la rectitude de conduite, le service à l’humanité, l’amour pour tous, la révérence, le pèlerinage, les offrandes généreuses et sacrificielles faites au fonds bahá’í et toute une série d’autres actes. Par conséquent, la relation s’étend au-delà de l’argent. Il s’agit d’accepter Bahá’u’lláh comme Manifestation de Dieu pour cet âge et d’entrer dans « l’Alliance divine ».

3.  Mon père n’était pas un bahá’í, puis-je donner en sa mémoire ? Et je vis avec ma mère qui n’est pas une bahá’íe non plus, puis-je donner en son honneur ?

 

Absolument ! Ayant accepté Bahá’u’lláh comme Manifestation de Dieu pour cet âge, vous êtes encouragés à prier pour le développement de l’esprit de votre père dans l’autre monde. ‘Abdu’l-Bahá dit : « Le progrès de l’esprit humain, après la rupture de ses liens avec le corps de poussière, dépend, dans le monde divin, soit de la seule bonté et de la grâce de Dieu, soit de l’intercession et des prières sincères des autres hommes, soit des bonnes actions et des bonnes œuvres importantes accomplies en son nom. » Il suffit de mettre votre nom sur votre enveloppe de contribution et d’écrire,  « À la mémoire de mon père [son nom] ». Le reçu vous sera remis en sa mémoire.

 

En ce qui concerne les contributions au nom de votre mère qui est vivante mais pas une bahá’íe, vous pouvez faire des contributions « en son honneur » au fonds bahá’í.

4.  Je n’ai pas besoin d’un reçu pour mes contributions. Puis-je demander au trésorier de ne pas m’en remettre un ?

 

Oui ! Vous pouvez certainement demander au trésorier de ne pas vous remettre les reçus. Cependant, les Assemblées spirituelles sont chargées d’émettre des reçus pour chaque contribution. La Maison universelle de justice dit : « L’Assemblée spirituelle nationale a la responsabilité de veiller à ce que les contributions reçues soient correctement acquittés et les comptes de tous les reçus et les décaissements soient soigneusement conservés. » Pour chaque contribution à la foi bahá’íe ‘Abdu’l-Bahá a personnellement émis un reçu. Il y a une raison plus profonde et plus significative pour cet échange. Ce n’est pas un reçu normal pour l’achat de matériel, mais une relation avec l’Alliance divine. Veuillez voir « Textes sacrés » et le bulletin Fontaine jaillissante # 10.

5.  Hier, je suis devenu bahá’í. Puis-je participer au fonds bahá’í ?

 

Absolument ! En fait, vous êtes un collaborateur de la Cause de Dieu. Quel honneur plus élevé que celui-ci ? La Maison universelle de justice dit : « Lorsqu’une âme humaine accepte Bahá’u’lláh comme la Manifestation de Dieu pour cet âge, et entre dans l’Alliance divine, elle devra progressivement accorder sa vie entière en harmonie avec les projets divins. Elle devient un collaborateur dans la cause de Dieu et reçoit la grâce d’être autorisée à consacrer ses biens matériels, aussi limités qu’ils soient, au travail de la Foi. »

6.  Ma femme n’est pas bahá’íe et ne me laissera pas donner au fonds bahá’í. Quelles sont mes alternatives ?

 

Le mariage est un lien sacré, et le couple doit se consulter chaque jour dans l’amour et l’harmonie pour leur développement individuel et collectif. Si votre femme est en désaccord avec vos contributions, vous devez lui expliquer, avec amour, vos obligations spirituelles ; et lire avec elle la partie « les Ecrits sacrés » de ce site. Si elle ne vous permet toujours pas de participer au fonds bahá’í, vous pouvez servir et consacrer votre temps au service de votre communauté en offrant généreusement votre énergie dans le chemin de Dieu pour le bien de la société. Vous pouvez organiser des fêtes dans votre maison, des cours Ruhi, des rassemblements, ou vous pouvez cuire un gâteau et l’apporter aux évènements bahá’ís. Donner dans le chemin de Dieu peut être réalisé à travers des services non monétaires car c’est la générosité, le sacrifice de soi et les motifs pour donner qui comptent, pas la somme d’argent. Si vous êtes peintre, vous pouvez peindre votre centre local Bahá'í avec générosité et sacrifice, si vous êtes banquier, vous pouvez aider votre assemblée à économiser de l'argent et à investir dans l'avenir de la communauté. Si vous êtes médecin, vous pourriez peut-être voir les patients gratuitement et contribuer votre temps et vos connaissances à Bahá'u'lláh, si vous connaissez l'ordinateur, vous pouvez aider votre centre Bahá'í et vous assurer que les ordinateurs fonctionnent toujours. Ces contributions bahá'íes, si elles sont rendues dans l'esprit de générosité et de sacrifice, et de tout votre cœur, seront sans doute acceptées par Bahá'u'lláh sous forme de contributions. Dieu ne demande à aucune âme plus que sa capacité.

La vraie générosité est évaluée par ce qui nous motive à donner. Une vieille dame mangeait du pain et du fromage pour le déjeuner lorsque Ḥájí Amín passait par son village. Elle se leva et prit son pain et son fromage pour les donner à Ḥájí Amín comme contribution pour la Foi. Ḥájí Amín remit à ‘Abdu’l-Bahá la contribution de fromage et de pain. Il est rapporté que c’était presque l’heure du déjeuner lorsque le Maître reçut les contributions. Il fut tellement touché et ravi qu’il coupa le pain en morceaux et l’offrit aux pèlerins dans Sa maison, soulignant le rang exalté de cette contribution qui avait été offerte avec générosité et sacrifice absolus. C’est cela  que veut notre Seigneur.

Mais la consultation avec votre femme n’a pas besoin de commencer et de finir avec une discussion d’un jour, à l’occasion d’un seul événement. L’être humain est ce qu’il est, et les relations se construisent. Nous devons, avec amour, consulter continuellement avec notre époux/se afin de créer une meilleure compréhension et une plus grande unité. Au fil du temps, vous et votre femme pouvez choisir ce qui est meilleur pour votre croissance individuelle et collective.

7.  Qu’est-ce qu’une promesse à l’Assemblée spirituelle et en quoi est-elle différente des contributions ordinaires ?

Les promesses, faites à l’Assemblée spirituelle d’offrirune contribution spécifique, peuvent être faites pour des occasions spéciales, comme les événements de collecte de fonds, afin d’atteindre certains objectifs. La promesse est habituellement associée à une activité de collecte de fonds et elle fait assurément partie de notre cheminement dans une vie de sacrifice pour le fonds bahá’í. Mais elle ne fait pas partie des contributions normales et régulières dans le chemin de Dieu tel que révélé dans les Écrits bahá’ís. Donner au fonds bahá’í est un engagement personnel qu’on établit avec Bahá’u’lláh lorsqu’on entreprend notre voyage vers une vie de services généreux et de sacrifice. Cet engagement ne dépend pas des circonstances de la communauté; Il commence le jour où on accepte Bahá’u’lláh comme la Manifestation de Dieu pour cet âge et continue jusqu’à la fin de notre vie. Les bahá’ís d’Azerbaïdjan n’ont pas besoin d’attendre un événement de collecte de fonds pour commencer à exercer le privilège d’une vie généreuse. Commençons à grandir maintenant !

 

Lorsque vous faites une promesse à l’Assemblée spirituelle, c’est comme des bénédictions supplémentaires qui vous aideront à dépasser les sacrifices habituels. C’est comme étendre sa générosité à un nouveau niveau. Mais il n’y a pas de pression, et chaque croyant doit prendre l’initiative de se souvenir et d’honorer son engagement ! La Maison universelle de justice dit, 

« Les promesses peuvent être utiles afin d’encourager les contributions et apporter les besoins financiers de la Cause à l’attention des amis. Cette méthode peut être particulièrement utile dans une situation où une Assemblée spirituelle a une tâche majeure à accomplir, comme la construction d’une Maison d’adoration ou l’établissement d’une école d’apprentissage, et doit savoir si les fonds pour le projet seront disponibles. Cependant, il serait tout à fait contraire aux principes bahá’ís d’exercer toute pression lorsqu’elle demande des promesses ou lorsqu’elle s’efforce de les collecter. Une fois qu’une promesse a été donnée, il est permis de rappeler, en privé, à la personne qui a fait la promesse, son intention de contribuer et de se renseigner avec courtoisie s’il lui est possible d’honorer son engagement, mais les Assemblées doivent savoir que de telles promesses ne sont pas une obligation au sens juridique; leur rédemption est entièrement une question de conscience. Les listes de ceux qui font des promesses ne doivent pas être publiées. »

This site is administered by the National Spiritual Assembly of the Bahá'ís of Azerbaijan.  The material presented here was first published in 2001 through 2006.  For questions regarding this site kindly 

contact us at:  AzerbaycanBahaiIcmasi@gmail.com

© All rights reserved